Financer sa résidence principale ne s’arrête pas toujours à son acquisition

Accueil » Economie
finance

Le financement de son bien immobilier n’est pas toujours celui qu’envisagent les acquéreurs à leurs débuts. Entre les travaux de gros œuvres, la décoration ou même les besoins de mises aux normes il peut survenir des imprévus,  qui ne sont pas toujours finançables dans l’immédiat. C’est pour ces raisons qu’anticiper le financement de son habitat n’est pas chose aisée. 

Avant de signer le compromis de vente, les acquéreurs prévoiront plusieurs postes de dépenses pour l’intégrer dans le budget d’achat. De plus, les organismes bancaires demanderont en règle générale 10% d’apport personnel sur le montant total du bien. Au-delà de l’achat, des frais de mutations sont à prévoir, d’un montant moyen de 7 à 8 % sur la valeur du bien. Pour rappel, 5 à 10% de frais de négociation notariale ou de frais d’agence immobilière, s’additionneront sur le coût d’acquisition. L’ensemble de ces sommes demandent un effort conséquent pour les ménages avant de réaliser leur projet. 

Ne pas sous-estimer les besoins en travaux d’aménagements 

Une fois les acquéreurs en possession de leur bien, ils chercheront à aménager à leur goût leur habitat. La plupart du temps un simple effort sur la décoration pourrait suffire, mais une transaction donne souvent l’occasion d’améliorer ou de moderniser le bien immobilier. En effet des mises aux normes de plus en plus drastiques seront nécessaires pour répondre aux besoins de leurs occupants notamment en matière d’isolation ou de conforts supplémentaires. C’est pour cette raison, par ailleurs, que l’anah propose des aides pour faciliter les propriétaires à optimiser leurs dépenses d’énergie. 

Des dépenses moins visibles mais tout aussi coûteuses peuvent apparaître à un moment inopportun alors que les emprunteurs ont uniquement financé des travaux d’aménagement c’est pourquoi il faut anticiper dans son budget des couts d’entretien. 

Le rachat de crédit peut aider à prévoir  les imprévues 

Au-delà du simple aspect de son aménagement, il faut aussi retenir qu’un bien immobilier se dégrade dans le temps et nécessite, en permanence une attention toute particulière. Une couverture qui s’use, un mur qui tombe, ou une simple gouttière qui se défraîchie, peut faire vite monter la facture. 

Ces frais sont le sujet de biens anciens mais aussi celui des biens immobiliers récents ou des copropriétés. C’est pourquoi beaucoup d’acquéreurs ne prévoient pas toujours des budgets pour ce type d’entretien, car il s’agit de dépenses moins visibles. Afin d’anticiper ces dépenses il est possible de profiter des taux d’intérêt bas et d’effectuer un rachat de crédit immobilier tout en y incorporant une somme allouée pour les travaux. Certains sites comme Cf-credits peuvent vous aider dans vos démarches. 

Ce type d’opération qui associe un crédit immobilier à un crédit personnel s’appelle un regroupement de crédit. Il sera réuni autour d’un seul crédit et d’une seule mensualité pour faciliter la gestion du budget de l’emprunteur.  

 

Dans la même catégorie