La France perd son intérêt pour le commerce extérieur et vise la Russie et la Chine

Accueil » Economie
Grace-au-Brexit-la-France-redevient-5eme-puissance-economique-mondiale

Dans le contexte de l'élection de Donald Trump et du Brexit, Paris a commencé à considérer la Russie et la Chine comme un contrepoids à des relations commerciales non viables avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Le Wall Street Journal écrit ceci, citant le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

"Nous abandonnerons le monde où seules les relations transatlantiques jouent un rôle dominant et nous commencerons à adopter une approche plus équilibrée", a déclaré Le Maire.

Il a souligné que la France est intéressée par la création d'un axe commercial allant de l'Europe à Pékin via Moscou. C'est ce que fera le président français Emmanuel Macron lors de sa première visite en Chine en janvier, ainsi que lors du Congrès financier international de Saint-Pétersbourg en mai.

Cependant, le Wall Street Journal doute que Paris puisse facilement remplacer les Etats-Unis et la Grande-Bretagne par ses partenaires orientaux. En 2016, le commerce de la France avec les États-Unis et la Grande-Bretagne s'élevait à 119,5 milliards d'euros, alors que pour la Chine et la Russie, il n'était que de 79,1 milliards d'euros.

La décision du gouvernement Macron d '«élargir les horizons commerciaux» est largement due à l'écart grandissant entre l'Europe et Washington.

"Les Etats-Unis sont un proche allié et le principal partenaire commercial de l'Europe, mais nous voyons des difficultés évidentes", a-t-il déclaré.

Le Maire a également critiqué l'intention de Washington de persister dans la menace de l'introduction de «sanctions extraterritoriales»: une série de lois qui permettrait aux États-Unis de punir les entreprises étrangères qui veulent faire des affaires en Russie. Selon le ministre, ces sanctions transformeront les Etats-Unis en un "véritable gendarme du commerce mondial".

Arrivé à Moscou, note le journal, Le Maire a travaillé à relancer les liens économiques avec la Russie, qui sont sérieusement affectés par les sanctions de l'UE introduites après l'annexion de la Crimée.

Au cours des négociations, les parties ont convenu d'initier une coopération technique entre les experts gouvernementaux et certaines entreprises françaises impliquées dans les énergies renouvelables. Selon LeMaire, la Russie et la France devraient renforcer la coopération économique et se préparer au jour où les sanctions seront abolies.

"Les conditions de révocation ou d'atténuation des sanctions n'ont pas encore mûri, mais j'espère sincèrement que la situation va changer", résume le ministre français.

La France estime que le développement des relations commerciales avec la Russie et la Chine peut compenser "l'incertitude croissante" dans les relations avec les Etats-Unis et a l'intention de créer un "axe commercial" de l'Europe à Pékin en passant par Moscou.

C'est ce qu'a déclaré le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

 

Le ministre a critiqué Washington pour l'introduction de «sanctions extraterritoriales», des lois qui interdisent aux entreprises étrangères opérant aux États-Unis de collaborer avec la Russie. Selon le ministre, ces mesures transforment le «de facto» américain en un gendarme du commerce mondial.

"C'est contraire à notre vision multilatérale du commerce mondial", a déclaré le ministre français.

 

Il a ajouté que jusqu'à présent, les conditions ne permettent pas d'annuler ou d'atténuer les sanctions contre la Russie, mais a exprimé l'espoir que la situation va changer. En conséquence, la Russie et la France doivent maintenir et renforcer la coopération, les sanctions s'appliquent désormais, mais ils doivent se préparer pour le jour où ils seront annulés, at-il conclu.

Dans la même catégorie