Le batch cooking (comprenez : la préparation de repas en lots) a du bon. Cette technique, pourtant ancienne, revient dans l’actualité pour toutes les bonnes raisons, jusqu’à séduire ceux et celles qui, pourtant, n’ont pas les qualités d’un chef cuisinier. Car la pratique du batch cooking est liée à d’autres motivations que le simple fait de cuisiner en amont. Le batch cooking permet de mieux manger et d’économiser du temps et de l’argent. Explications.

En quoi le batch cooking permet-il de mieux manger ?

Il est 19 heures. Vous rentrez du travail, exténuée par une journée remplie de rendez-vous et de sollicitations en tout genre. Vous venez de récupérer les enfants chez la nounou et le petit dernier n’est visiblement pas d’humeur à plaisanter. Mais vous tenez bon et, après avoir nourri le chat et fait tourner une machine de linge, vous vous dirigez vers la cuisine. Vous ouvrez le frigo et constatez que, ce soir encore, il va falloir se contenter d’une omelette aux lardons et de coquillettes. 15 minutes top chrono. Et les enfants adorent…

Qui n’a pas vécu une telle situation ? Le moment où la préparation du repas du soir devient la tâche en trop ? Le moment où il faut se résigner, quitte à ressentir une énorme frustration devant un repas peu équilibré en raison du manque d’ingrédients dans le frigo ?

Combien de fois, en haussant les épaules, avez-vous composé le numéro du pizzaiolo du coin ou sauté dans votre voiture pour vous diriger vers le drive du fast-food le plus proche ? Ces situations, nous les connaissons tous et nous savons pertinemment qu’elles sont source de stress et d’inconfort.

Le batch cooking répond précisément à ce problème. Le temps passé en cuisine le week-end, à concocter des petits plats en grandes quantités, assure à votre famille des repas équilibrés, même lorsque le temps et l’énergie viennent à manquer. C’est au moment où l’on est disponible et prêt à se consacrer aux tâches culinaires que l’on réfléchit au calcul des calories, à l’équilibre des repas, à l’intégration d’un ou deux légumes, protéines et autres féculents que tout se passe. Une réflexion qui se conduit une fois par semaine, toutes les deux semaines ou une fois par mois et dont les effets perdurent longtemps.

Le batch cooking permet de mieux manger : cette idée, même si cela peut sembler étrange, entraîne une forme de gratification instantanée difficile à expliquer…

Par ailleurs, il est inutile de revenir sur ce point : le batch cooking permet d’économiser du temps. Beaucoup de temps…

Le batch cooking : une solution pour mieux manger, économiser du temps et de l’argent

D’accord, mais en quoi le batch cooking permet-il de réaliser des économies ?

Nous pourrions nous intéresser aux économies d’énergie et d’eau que permet le batch cooking. Une série de calculs fastidieux nous permettrait certainement d’aboutir à quelques dizaines d’euros économisés chaque année grâce aux batch cooking. Mais les économies d’argent que permet cette technique culinaire ne s’arrêtent pas là. C’est au supermarché que les économies financières commencent. Une promotion sur 1 kg de filets de poulet ? Un cageot de légumes de saison vendu à des prix défiants toute concurrence ? Trois bottes de carottes pour le prix d’une ? Des conserves de tomates approchant la date limite de conservation à prix remisés ?

C’est précisément là que se trouve la racine des économies financières que l’on peut réaliser grâce aux batch cooking. Mais attention : il est hors de question de se lancer à corps perdu sur les promotions et de remplir le caddie à tout-va… Le batch cooking nécessite une réflexion en amont. Qu’allez-vous faire de votre kilo de poulet (voire deux ou 3 kg si vous vous êtes laissé un peu aller), de neuf bottes de carottes et de 20 boîtes de tomates ? Une solution simple et de retirer l’étiquette « stop pub » de votre boîte aux lettres et d’accepter d’éplucher les prospectus de la grande distribution.

Ce travail en amont vous permettra d’identifier des ingrédients essentiels dont vous avez vraiment besoin avant de vous diriger en courant vers le supermarché. Votre liste, préparée avant de faire les courses, vous permettra ainsi d’acheter en toute connaissance de cause, sans risque de vous égarer.

Mieux manger, économiser du temps, de l’argent… et plus encore ! Le batch cooking correspond également à un choix de mieux-être. Avec lui, plus de stress au moment de préparer les repas, plus de culpabilité en mettant les plats industriels préparés dans le micro-ondes pour les enfants. Par ailleurs, le batch cooking est une méthode à la portée de tous, cordons bleus non. Alors… aucune excuse !

Karine Bach