5/5 - (1 vote)

Un expert du modèle populaire des « 5 étapes du deuil » a appliqué les 5 étapes aux réponses au virus COVID-19.

David Kessler, spécialiste de la mort et du deuil et co-auteur d’un livre sur la théorie des cinq étapes du deuil, a décrit le deuil COVID 2020 comme suit :

  • Le déni, que nous avons beaucoup vu au début : Ce virus ne nous affectera pas.
  • Colère : Vous me faites rester à la maison et vous me privez de mes activités.
  • Négociation : D’accord, si je m’éloigne socialement pendant deux semaines, tout ira mieux, non ?
  • Tristesse : Je ne sais pas quand cela va se terminer.
  • Acceptation. C’est en train d’arriver ; je dois trouver comment procéder.

Et Kessler d’écrire : « L’acceptation, comme vous pouvez l’imaginer, est l’endroit où se trouve le pouvoir. Nous trouvons le contrôle dans l’acceptation. Je peux garder une distance de sécurité. Je peux apprendre à travailler virtuellement. »

Le modèle des cinq étapes du deuil (ou modèle de Kübler-Ross) postule que les personnes qui vivent un deuil passent par une série de cinq émotions : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation :

  • Le déni est une décision consciente ou inconsciente de refuser d’admettre que quelque chose est vrai.
  • La colère est un acte émotionnel ou physique par lequel on tente de rejeter la faute sur quelqu’un.
  • Le marchandage est un processus de négociation dans lequel les gens tentent de repousser ou de se distancier de la réalité d’une situation.
  • La dépression est le sentiment de perte de contrôle ou de désespoir face à une situation.
  • L’acceptation est un sentiment de stabilité ou de résignation, la personne devenant un acteur de sa vie.

La créatrice de ce modèle, Elisabeth Kübler-Ross, a initialement développé ces étapes pour décrire le processus par lequel les patients atteints d’une maladie en phase terminale acceptent leur propre mort.

Plus tard, dans un livre coécrit avec David Kessler, Kübler-Ross a étendu son modèle à toute forme de perte personnelle, comme la mort d’un être cher, la perte d’un emploi ou d’un revenu, un rejet important, la fin d’une relation ou un divorce, la toxicomanie, l’incarcération, l’apparition d’une maladie ou un diagnostic d’infertilité, et même des pertes mineures, comme la perte d’une couverture d’assurance.

Sources consultées :

https://www.genpsych.com/post/5-stages-of-grief-how-we-responded-to-covid