Qu’est-ce que le régime fléxitarien ?

Accueil » Santé
cdanews.com_Flexitarien

Nombreux d’entre nous commençait tout juste à comprendre et à faire la distinction entre les régimes alimentaires végétariens, végans et végétaliens, que voici qu’un nouveau terme et régime fait son apparition, le fléxitarisme. Que se cache derrière ce nouveau venu, comment fonctionne-t-il et peut-il vous convenir ?

 

Le fléxitarisme

Le fléxitarisme, également connu sous le nom de semi-végétarisme, est un type de régime alimentaire qui encourage principalement la consommation de produits alimentaires à base de plantes, bien qu’il permette également de consommer, avec modération, de la viande et d'autres produits animaux. En d’autres termes, cette pratique alimentaire revient à être flexible dans sa pratique du végétarisme ou végétalisme.

 

Pour rappel :

 

- Les végétariens ne consomment pas de viande et parfois suppriment également de leur alimentation d'autres produits alimentaires provenant des animaux.

 

- Les végétaliens, eux, suppriment de leur alimentation toutes les viandes, poissons, œufs, produits laitiers et autre produits alimentaires d'origine animale.

 

La diète fléxitarienne a donc été créé, par le diététicien Dawn Jackson Blatner, afin de permettre aux individus de bénéficier des bienfaits d’une alimentation végétarienne tout en leur permettant de consommer des produits alimentaires de source animale, de temps en temps. L’objectif est donc de consommer plus d’aliments nutritifs de source végétale et moins de viande.

 

Principes du fléxitarisme

Cependant, le régime fléxitarien n’impose aucune règle stricte, ni ne recommande de consommer une quantité précise de calories ou macronutriments. A ce titre il est possible de considérer qu’il s’agit plus d’un style de vie que d'un régime à proprement parler. Il se base uniquement sur les principes suivants :

 

  • Consommer surtout des fruits, des légumes, des légumineuses et des grains entiers.

  • Préférer les protéines de source végétale plutôt que celles de source animale.

  • Être flexible et incorporer de la viande et des produits animaux de temps en temps.

  • Préférer manger les aliments sous la forme la plus naturelle qu’il soit et éviter, autant que possible, les produits alimentaires transformés.

  • Limiter la consommation de sucres ajoutés et de sucreries.

 

Comme le souligne le site de nutrition et gestion pondéral, SagesseSanté, il ne s’agit donc pas d’un véritable régime, le menu étant flexible par nature et se concentrant plus ce qu’il est possible d’y inclure plutôt que sur une liste d’aliments à ne pas consommer, à l’inverse des vrais régimes qui sont généralement restrictifs. Ces aspects le rendent néanmoins particulièrement attractif pour les individus qui souhaitent consommer plus sainement (aussi bien pour eux que pour les animaux et l’environnement).

 

Cette diète convient donc à tous ceux et celles qui souhaiterait ajouter plus d’aliments à base de plante dans leur régime alimentaire, sans pour autant en supprimer totalement la viande. Et elle pourrait rencontrer un grand succès étant donné que la population française a tendance à réduire sa consommation de viande. En effet, selon un récente étude conduite pour Charal la consommation de viande, qui constituait 31,1% de des apports hebdomadaires des Français en 2014 ne représenterait, en 2017, plus que 30,4%.


De plus, ce régime ou style de vie semble faire écho aux recommandations des autorités sanitaires et de l’OMS (Organisation Mondial de la Santé) qui recommandent aux individus, particulièrement en Occident, de réduire leur consommation de viande rouge. Le fléxitarisme semble également aux attentes et préoccupations de nombreux Français suite aux récentes révélations concernant les conditions de vie et de mort dans les abattoirs, et des crises et scandales qui ont touché le secteur de l’agroalimentaire au cours de derniers années - tel que celui de la fraude à la viande de cheval vendue comme viande de bœuf.

Dans la même catégorie