La rénovation de toiture de bâtiments publics n’est pas sans risque, monter sur une toiture est bien évidemment dangereux, surtout si l’on est mal équipé. Les chutes d’objets ou d’échelles font partie des accidents pouvant survenir. À cela s’ajoute la possibilité de chuter à travers la toiture. Ainsi, prenez les précautions nécessaires pour éviter le pire.

Avoir les équipements nécessaires pour les travaux en hauteur

C’est l’étape la plus importante pour garantir le confort des ouvriers chargés d’accéder à la toiture. Bien évidemment, l’échelle sera l’équipement qui viendra le premier à l’esprit. C’est un basique pour réaliser des travaux en hauteur. Pour faciliter l’accessibilité sur des bâtiments assez anciens, pensez aux modèles pratiques comme les échelles à crinoline.

Opter pour des dispositifs de sécurité appropriés

Travailler en hauteur c’est aussi garantir la sécurité de l’ouvrier. Dans ce cas, il faut privilégier les dispositifs de sécurité standards pour une telle intervention. Les lignes de vie font ainsi partie des incontournables en matière de protection antichute. Elles prennent le relais là où les barrières et les rampes montrent leur limite. Après évaluation des risques, l’utilisation d’un garde-corps auto-portant peut également être envisagée. Celui-ci peut faire office de protection collective pour les travaux en BTP.

Pour atteindre des coins difficiles d’accès, utilisez un point d’ancrage qui peut se fixer sur tous types de toits, façades et poutres. Ainsi, qu’il s’agisse d’une toiture avec couverture bitume, d’une façade en béton, d’une toiture bac acier inclinée ou d’une poutre structure en acier, vous trouverez des points d’ancrage résistants, légers, faciles à installer et peu encombrants, conformes aux normes européennes en vigueur (EN 795) sur des plateformes en ligne spécialisées. Ce type d’entreprise peut faire partie du réseau du groupe Delta Plus. Ce dernier, depuis des années, investit dans la conception d’équipements pour les métiers de la sécurité en hauteur. La présence de ses filiales et partenaires à travers 25 pays témoigne de la fiabilité de ses équipements.

Assurer une meilleure organisation du chantier

L’objectif ici est de prévenir les risques liés aux interventions en hauteur. Un chantier désordonné reste en effet la principale cause des accidents sur la toiture. Les outils mal exposés constituent une vraie menace pour les personnes circulant autour du lieu. Cela gêne également la circulation des opérateurs, en plus de perturber les approvisionnements.

Bien organiser le lieu d’intervention revient ainsi à réduire les va-et-vient inutiles. Ces mouvements répétés ne feront que perdre du temps. Désencombrer le lieu aide aussi à assurer la sécurité des ouvriers. C’est pourquoi il faut prévoir à vérifier à l’avance les installations électriques, les échafaudages et autres appareils.

La prévention passe aussi par une protection des ouvertures dans les surfaces de toits et lucarne. Cette mesure a pour objectif de prévenir tous risques de chute. Notez que les chutes sont à l’origine de 17 % des accidents dans l’univers du BTP. Elles peuvent entraîner des dommages physiques irréversibles, voire la mort.

Par ailleurs, gardez à l’esprit que la toiture n’a pas pour vocation à supporter de lourdes charges. Elle peut céder à tout moment sous le poids des intervenants qui assurent la rénovation. Il est plus que nécessaire de sécuriser les ouvertures pouvant être à l’origine d’accident.

Bien sûr, il faut accorder de l’importance à la sécurisation et à l’éclairage du chantier. Le balisage des voies de circulation sera nécessaire. Cela permet surtout de déterminer les zones à risque.

Attention à la météo : un facteur à ne pas négliger

Les conditions climatiques doivent être prises en compte pour la rénovation de toiture en BTP. Travailler sous de fortes chaleurs expose les ouvriers à divers risques comme la déshydratation et les éventuelles chutes de tension. D’autres conséquences comme la baisse de vigilance et la perturbation de la vue viennent s’ajouter au lot des problèmes.

En revanche pendant les temps de pluie, il faut surtout faire attention au risque de glissade. Ce climat défavorable rendra le toit particulièrement glissant. Le vent n’est pas non plus l’allié des ouvriers qui vont rénover la toiture. Il vaut mieux s’abstenir de monter sur la toiture en cas de vent très fort pour éviter les accidents. Bref, l’intervention doit toujours se faire lorsque les conditions climatiques sont favorables.

La loi stipule d’ailleurs qu’il est du devoir du chef d’entreprise de prévenir les risques associés aux conditions climatiques. Celui-ci est dans l’obligation d’évaluer les risques et d’adapter les moyens de protection à la situation. Il lui incombe de mettre en œuvre les mesures de prévention nécessaires. À côté des dispositifs de sécurité, il doit fournir aux ouvriers les tenues adaptées en fonction des circonstances de travail.

Garantir une surveillance médico-professionnelle lors de la rénovation en BTP

Les travailleurs dans le secteur du BTP peuvent être exposés aux risques associés à l’exposition à l’amiante. En effet, la disparition des fabricants de matériaux amiantés n’a pas suffi à faire disparaître ces risques. Le souci persiste toujours d’autant que l’exposition à cette fibre dangereuse pourra être à l’origine de diverses maladies : cancer du poumon, asbestose, etc.

Différents facteurs sont évidemment à prendre en compte pour évaluer la dangerosité de l’exposition. Parmi les plus importants, il y a la durée et la fréquence des expositions. Le risque apparaît ainsi faible si l’intervention sur la toiture ne nécessite pas beaucoup de temps.

Malheureusement, la rénovation des bâtiments publics nécessite souvent une durée importante. C’est pourquoi il faut prendre les précautions nécessaires. Cette prévention constitue même le principe de l’Arrêté Royal datant du 16 mars 2006. L’employeur doit ainsi avoir connaissance du contenu de cet arrêté. Cela lui permet de constater les risques et de prendre les mesures nécessaires pour garantir la sécurité des ouvriers.

Une surveillance médicale périodique doit d’ailleurs être proposée aux ouvriers en BTP. Celle-ci peut être assurée par le médecin du travail. Elle vise à évaluer les risques liés à l’exposition aux solvants, à l’amiante et aux autres substances dangereuses. La vérification s’accompagne d’un suivi toxicologique adapté en tenant compte des chantiers à traiter ou déjà traités.

Quelques lignes sur la nécessité d’une formation à la sécurité

Une telle formation sera bénéfique pour les ouvriers amenés à travailler en hauteur. Elle vise à minimiser les soucis liés aux travaux de toiture. La formation peut toucher différents domaines notamment l’utilisation des dispositifs de sécurité. Elle permet aussi d’inculquer les bons gestes à adopter pour les travaux en hauteur. L’idée ici est d’apprendre aux ouvriers les principes de base de sécurité physique.

Par souci de confort, les travailleurs doivent aussi se familiariser avec la manipulation des outillages et équipements. Un apprentissage sur l’identification de l’étiquetage des produits sera également nécessaire. En gros, la formation vise à garantir la sécurité et un confort optimal pour les ouvriers sur le chantier.