Les parents installés au Québec ont le choix entre inscrire leurs enfants dans les écoles publiques qui pour bénéficier d’une scolarité gratuite et les intégrer dans des établissements scolaires privés, comme le Collège Laval. Par ailleurs, les élèves peuvent s’orienter vers le système francophone ou anglophone, à leur convenance. A l’exception des établissements appartenant à l’Agence de l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE) qui sont soumis au programme scolaire français, les établissements québécois francophones, appliquent le programme scolaire établi par les autorités provinciales. Le système d’enseignement au Québec diffère du parcours scolaire français sur plusieurs points :

Le cursus scolaire

Au Canada, la scolarité est obligatoire pour les enfants âgés de 6 à 16 ans. Comme dans le système éducatif français, les élèves font leur rentrée à l’école primaire à 6 ans. Le parcours scolaire au Canada varie d’une province à l’autre. Au Québec , le cursus scolaire comprend, en tout, 4 niveaux, à savoir : la primaire, le secondaire, l’enseignement collégial et l’enseignement supérieur.

Le troisième niveau qui correspond à l’enseignement collégial n’existe pas en France. Ce niveau d’étude équivaut au cycle terminal soit aux classes de 1ère et de Terminale dans le système français. L’enseignement collégial est dispensée par les Cegep (Collèges d’Enseignement Général et Professionnel) et par les collèges privés. Il s’agit d’un parcours de 2 ans ou de 3 ans. Le choix appartient pleinement aux étudiants concernés et se fait essentiellement n fonction de l’orientation professionnelle souhaitée.

Le cursus de 2 ans prépare les élèves à l’entrée à l’université et aboutit sur l’obtention du Diplôme d’Etudes Collégiales (DEC). La formation de 3 ans s’adresse aux étudiants qui choisissent la spécialisation professionnelle et qui aspirent à intégrer directement le marché du travail après avoir reçu leur Diplôme d’Etudes Professionnelles (DEP).

Les valeurs de base

En France, le système éducatif met en avant les compétences et considèrent surtout les résultats et les diplômes. L’enseignement français se base sur l’exigence d’un niveau élevé pour réussir et exceller dans les études.

Au Canada, et particulièrement au Québec, les étudiants sont initiés à l’autonomie. Le système scolaire au Canada vise, avant tout, à renforcer les capacités de chaque élève à s’exprimer afin d’assoir sa personnalité et de mettre en avant ses véritables capacités. Les élèves sont davantage poussés à trouver leur propre voie, à choisir leur orientation scolaire en fonction de leurs préférences et de leurs envies.

Cela implique une certaine aisance en comparaison au système français qui est plus stricte. Cette liberté particulière se reflète notamment à travers la relation élèves-enseignants. Au Québec, les élèves entretiennent un lien convivial, voire familial et amical, avec leurs professeurs. Le tutoiement est de mise et les enseignants se tiennent à l’entière disposition de chacun de leurs élèves. Ces derniers ont la possibilité de demander de l’aide et/ou de solliciter l’accompagnement de leurs éducateurs à tout moment.

Par ailleurs, les activités parascolaires (sport, culture : théâtre, spectacle, travaux manuels, … , communautaire : association, écologie, ..) tiennent une place très importante dans le parcours scolaire québécois, à partir du secondaire. L’intégration de ces éléments dans le programme scolaire a pour objectif de créer un milieu de vie agréable pour les élèves. Cela contribue à accroitre considérablement leur motivation à aller à l’école et à poursuivre leurs études jusqu’au plus haut niveau.