Très fréquent chez les femmes, le prolapsus ou encore la descente d’organe est un mal qui affaisse les organes génitaux du sujet. Mais comment reconnaitre un prolapsus pour mieux le traiter ? Découvrez nos conseils pour vite détecter un prolapsus, le traiter ou carrément le prévenir.

C’est quoi un prolapsus ?

Le prolapsus, ou encore la descente d’organes, est un mal qui touche un bon nombre de personnes. Il se manifeste par une descente de ou des organes du pelvis (l’utérus, la vessie, le vagin, ou le rectum) ; lesquels sont en temps normal soutenus au moyen de ligaments et du plancher du petit bassin. S’il arrive que les muscles de cette région se distendent, alors les appareils génitaux risquent bien de descendre, amenant à ressentir une gêne ou pire, des symptômes importants.

Symptômes

Les signes d’un prolapsus sont nombreux et variés, selon le sujet. Mais, le plus souvent on note : une sensation de lourdeur, ou de fuite d’organes, des douleurs lombaires au pelvis, des douleurs lors de l’acte sexuel, une pression au vagin, constipation avec excrétion fécale ardue, ou encore des troubles urinaires.

Notez que la station debout accentue ces différents signes, lesquels s’effacent dès que vous êtes allongé.

Facteurs à l’origine

Les deux grands facteurs responsables du prolapsus sont la ménopause et l’obésité. Aussi d’autres causes ne sont pas à négliger comme le vieillissement naturel des tissus, les interventions chirurgicales, les anomalies congénitales, les grossesses répétées accompagnées de complications, etc.

Remarquons que les plus concernées par un prolapsus sont les grandes sportives.

Traitements naturels applicables

Rééduquer son périnée

Contre la descente d’organe, rééduquer son périnée peut être une bonne solution, avant d’entreprendre une chirurgie.

Plusieurs méthodes et solutions existent pour une prévention de la progression du prolapsus génital : la technique varie suivant l’organe affecté et le niveau de gêne éprouvé. La rééducation nécessite les services d’un kiné ou d’une sage-femme.

Notez qu’il y a des sondes disponibles dans le commerce, permettant, en toute tranquillité, de travailler le petit bassin chez soi. Par ailleurs, des exercices pour contracter le périnée, avec des résultats divers en fonction d’une bonne application, peuvent être envisagés. Enfin, l’électrostimulation constitue une technique pour fortifier le vagin sans s’efforcer. Une contraction du muscle du périnée est provoquée par la stimulation électrique des nerfs.

Stabiliser la progression d’une descente d’organe et améliorer ses manifestations nécessitent une dizaine de séances, accompagnées d’un suivi minutieux de règles chaque jour.

Activités à s’interdire

Si vous souffrez d’un prolapsus, évitez surtout de porter des charges pesantes. A proscrire aussi, des pratiques sportives. Comme le step, le jogging ou la corde à sauter. Elles affectent particulièrement votre périnée. Faites d’autres activités sportives en remplacement.

Techniques de prévention

S’il arrivait que le muscle du petit bassin se déchire au cours de l’accouchement, l’épisiotomie est préférablement recommandée. Il est conseillé aussi de se faire rééduquer après accouchement auprès d’une maïeuticienne.

Et pour finir, de façon habituelle, il est important de lutter contre la constipation et l’obésité afin d’abaisser les chances d’avoir une descente d’organe.